[MASSE CRITIQUE] SHIBUMI

Trevanian –

Nicholaï Hel est l’homme le plus recherché du monde. Né à Shanghai en plein chaos de la Première Guerre mondiale, fils d’une aristocrate russe et protégé d’un maître de Go japonais, il a survécu à la destruction d’Hiroshima pour en émerger comme l’assassin le plus doué de son époque. Son secret réside dans sa détermination à atteindre une forme rare d’excellence personnelle : le shibumi.

Désormais retiré dans sa forteresse du Pays basque en compagnie de sa délicieuse maîtresse, Nicholaï accueille une jeune étrangère venue lui demander son aide. Il se retrouve alors traqué par une organisation internationale de terreur et d’anéantissement – la Mother Company – et doit se préparer à un ultime affrontement.



Un titre qui m’a attiré tant par sa réputation que par sa connotation japonaise. Etant un best-seller, j’avais automatiquement une haute estime de ce livre. Hélas, pour moi, ce ne fut pas une belle rencontre. Je suis resté mitigé face à l’histoire et l’intrigue du récit.

L’univers, les descriptions, tout est bien retranscrit dans l’ensemble ce qui a permis de m’immerger. Certains personnages sont excellents et bien construits mais j’ai eu du mal à accrocher au héros qui est trop invincible. Vraiment trop parfait qu’il en devient agaçant et exaspérant ce qui nous enlève du réalisme dans lequel l’univers nous plonge. La crédibilité en prend donc un coup.

Pour continuer sur le héros, je le trouve décalé dans le paysage ce qui est intéressant. Mais il y a une sorte de plus-value de la culture asiatique au détriment de celle du lieu d’origine de l’action. D’un côté, cela donne l’impression de voir le même effet qu’il y a eu au Japon quand les américains ont débarqué pour installer leur culture au détriment de la culture initiale ; ce qui donne un axe de réflexion. D’un autre, il y a une forte connotation racisme sur les habitants. Une discrimination des cultures, trop forte.

En dehors de ce détail, il y a aussi les longueurs trop étalées sur le récit ce qui donne des moments très ennuyants dans la lecture (l’écoute ici). Pour le fond, sans être totalement original, il reste d’actualités au vu de la toile autour de cette organisation qui souhaite avoir le monopole. L’intrigue a un scénario bien ficelé et critique presque avec justesse – malgré le changement d’époque – l’aspect « Big Brother » de la société.

Il y a aussi beaucoup de sexismes et de clichés tout au long de l’histoire, ce que je ne vais pas automatiquement relevé essayant de replacer le livre dans son contexte historique (celui de l’auteur).

Passons maintenant à l’aspect audio. La voix de Sylvain Agaësse est apaisante mais parfois un peu monocorde dans les descriptions (ce qui pourrait être expliqué par les longueurs du texte). Reste que sa voix est magnifique et se prête bien à la lecture. Il manque un chouïa de changements de voix ou intonations pour les personnages mais rien de problématique pour les reconnaître. Le récit a vraiment été plus supportable porté par cette voix. 

MERCI A BABELIO ET AUX EDITIONS AUDIOLIB
POUR CETTE MASSE CRITIQUE DE MARS 2020

MERCI A BABELIO POUR CETTE MASSE CRITIQUE

TITRE : Shibumi
EDITION : Audiolib
HEURES : 17h39

One reply to “[MASSE CRITIQUE] SHIBUMI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star