[ROMAN GRAPHIQUE] L’HOMME QUI TUA CHRIS KYLE

Merci à Netgalley et aux éditions Dargaud

Chris Kyle est un héros. Ancien sniper chez les Navy Seals durant la deuxième guerre d’Irak, il a tué plus de 160 « cibles ». Au faîte de sa gloire (Clint Eastwood a même acheté les droits de son autobiographie, bestseller aux États-Unis, pour en faire un film – ce sera « American Sniper »), Chris Kyle dédie sa vie à aider ses anciens camarades de combats marqués aussi bien physiquement que mentalement par la guerre. Eddie Ray Routh est l’un d’entre eux. Le 2 février 2013, l’inconnu Eddie Ray Routh abat la Légende Chris Kyle. Ce livre raconte le crime – et ses conséquences.

Ce roman graphique est un condensé de sentiments puissants et forts. Contrairement à American Sniper – Film de Clint Eastwood – ce roman s’appuie sur le crime de Eddie Ray Routh. Il raconte les faits et les conséquences de ce meurtre sur les personnes plus ou moins proche de Chris Kyle.

Les conséquences post-traumatiques de la guerre et de l’utilisation libre des armes aux Etats-unis sont des thèmes qui sillonnent ce roman montrant que même les héros, les soldats et les combattants sont touchés par la guerre, tout autant que les victimes. On peut y déceler les faiblesses d’un esprit brisé par les expériences. Que ce soit Chris Kyle et Eddie Ray Routh, ils sont victimes de ce trouble qui amène à une dépréciation de la réalité et qui se gère différemment selon les personnes. Héros, victime, meurtrier peuvent donc former un tout dans cet univers de guerre.

Reprenant le début, l’histoire se divise en trois parties autour du meurtre. Chris Kyle, dans sa façon d’être et dans les interviews qu’il entretient – interviews retranscrits dans le roman graphique – démontre une forte personnalité qui bouscule les autres personnes. Il n’a pas peur d’imposer sa justice comme la justice des Etats-Unis ce qui peut s’avérer problématique en soit.

Le dessin, les bulles et la mise en page sont des outils d’une grande utilité dans ce cadre puisqu’ils imposent une sévérité, une rigidité au texte qui dépeins la volonté des auteurs d’être fidèle à l’autobiographie de Chris Kyle. Ils n’ont donc pas placé leurs sentiments ou visions dans l’histoire, nous offrons une réalité drue. Ils amènent le lecteur à s’interroger de lui-même sur ce fait afin qu’il se fasse sa propre idée.

Pour conclure, ce roman graphique est dur mais offre une vision bien plus réelle de cet événement que le film American Sniper. On se concentre aussi sur le point de vue médiatique et de la veuve – la femme de Chris Kyle qui nous offre une vision toute nouvelle de l’histoire.

TITRE : L’homme qui a tué Chris Kyle
AUTEURS : Fabien Nury et Brunö
EDITION : Dargaud

2 replies to “[ROMAN GRAPHIQUE] L’HOMME QUI TUA CHRIS KYLE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star