[ROMAN GRAPHIQUE] GENTLEMIND, TOME 1

Merci à Netgalley et aux éditions Dargaud

New-York, 1940.
Navit, une jeune artiste désargentée, hérite d’un journal de charme quelque peu désuet : ‘Gentlemind’.
Combative, intelligente et audacieuse, elle s’improvise patronne de presse et se lance le défi insensé d’en faire un magazine moderne.
Hantée par le souvenir de son amant disparu sur le front en Europe, elle doit affronter la réalité d’une société américaine en plein âge d’or mais résolument machiste…
Un récit profondément touchant, sur trois décennies, du rêve américain au féminin !

On suit l’histoire de Navit, une jeune femme évoluant dans les années 40, dont l’amant part en guerre et qu’elle est contrainte d’épouser un vieil homme. Elle devient veuve mais ne peut toucher l’héritage de son mari, seulement hériter du journal qu’il possédait. Du jour au lendemain, elle se retrouve projeter dans un métier qu’elle ne connaît pas au milieu d’hommes qui ne la considèrent pas comme leur patronne. Elle va alors tenter de gagner leurs confiances et faire du journal Gentlemind, un journal moderne. Cependant, Navit reste tourmentée par son premier amour et ses problèmes de coeur qui s’ajoute aux problèmes sociétaux dont elle fait face avec la reprise du journal.

Au delà de l’histoire, j’ai vraiment eu du mal avec son déroulement. Comme c’est un tome introductif, on nous présente pas mal de personnages, quelque peu le contexte historique ainsi que le monde du journalisme de l’époque. Pourtant j’ai eu du mal à suivre la vie de chacun à cause des ellipses trop souvent faites. Je me perdais dans qui avait quoi, comment et quand. J’avais alors l’esprit embrouillé dans le fil de l’histoire. J’ai donc dû louper plusieurs détails sur les personnages et c’est bien dommage. Il me faudra peut être une deuxième lecture pour les voir.

Les dessins m’ont aussi perturbé parce que ce n’est pas un graphisme dont j’ai l’habitude mais au fil des pages, on les apprécie de plus en plus. Ils concordent parfaitement avec l’ambiance instaurée dans la bande-dessinée. Les couleurs dont j’ai pu survoler sur internet sont aussi très belle mais je ne peux pas en dire plus. Le véritable problème est aussi le noir et blanc de ma liseuse qui a rendu illisible certaines scènes.

TITRE : Gentlemind
AUTEUR :  Juan Diaz Canales, Teresa Valero et Antonio Lapone
ÉDITEUR : Dargaud

2 replies to “[ROMAN GRAPHIQUE] GENTLEMIND, TOME 1

  1. Une BD sur liseuse je ne crois pas que ça me tenterai pourtant je lis beaucoup de roman dessus et je suis accro à ce format.
    Merci pour cette chronique honnête en tout cas.
    Bon weekend

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star