[WRITOBERAE] IVRESSE (DUE ­­A L’ALCOOL)

2020

Pour le mois d’octobre, je participe à deux challenges d’écriture.

Le premier est le Inkwriter qui constitue d’écrire un mot, un texte, un poème sous toutes formes ; en français ou autres langues chaque jour du mois d’octobre sur un thème (à l’instar du Inktober pour ceux qui connaissent). Le menu a été fait par @acatinthelibrary sur Instagram. Pour ce challenge d’écriture, j’ai donc décidé de faire des haïku (ou du moins essayer ^^) pour chaque thème. Chaque jour, le haïku que j’aurai fait sera posté sur mon compte instagram : @shury.lecture. N’hésitez pas à aller voir et me dire ce que vous en pensez. De plus, un article sera fait à la fin du mois, regroupant tous mes haïkus sur le blog.

Le deuxième challenge d’écriture est organisé par le @portailautoedition sur instagram ainsi que sur son blog où tout est expliqué : ici. Comme pour le Inkwriter, il faut écrire un texte chaque jour en suivant une consigne donnée par un.e auteur.e indépendant. Ce challenge sera fait chaque jour sur le blog et instagram.

Jour 4 : Ivresse (due à l’alcool)

Les lumières les rendent plus colorées. Ces magnifiques liquides qui sont exposés là, devant le grand miroir qui me renvoie la scène qui se déroule dans le reste de la salle. Les spots sont braqués sur ces formes irrésistibles. Ce sont elles, les stars, ce soir. Mais cela personne ne le sait. Personne sauf moi. Moi, dans mon image, me renvoie dans la visage, un gars qui fait tourner son verre et qui le vide entre deux tempos de la musique qui bat mes tympans. L’ambré, le blanc et les autres couleurs scintillent sous mon oeil embué. Ils m’offrent une danse secrète. Mon sourire niais ne choque personne alors que les bouteilles commencent à entamer quelques pas de danses sur la partition endiablée. Je glousse euphorique et j’applaudis le spectacle. Les bouteilles les plus prestigieuses dandinent leurs culs effleurant ma rétine de leurs robes dorées. Les autres m’inspirent de la joie quand elles tournent avec toutes leurs nuances miroitantes. Je bafouille quelques mots à l’homme qui vient me servir un autre whisky. Et le spectacle reprend vie sous mes yeux avec plus d’énergie et de coloration.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star