[FANTASY] LE CYCLE DE BARCIL, TOME 2 : ÉTOLIEN, LE MANCHOT

Étolien, un aventurier aussi taciturne que solitaire, est un étranger dans la cité du Val d’Aquelys, la capitale aux mille facettes du royaume de Tigyl. Traînant dans son sillage un passé chargé, le géant natif des contrées lointaines de l’Ouest vient tenter le sort là où tout reste possible, où chaque rencontre peut ouvrir une brèche dans le tissu du destin.

Quelque chose se trame dans les rouages du pouvoir de Tigyl, le colosse le sent. Les ténèbres frissonnent là où le roi n’est plus vraiment le roi, où la loi n’est plus édictée que par le fil de l’épée. Nichés dans l’ombre, les conspirateurs attendent et échafaudent des stratagèmes pour que viennent des jours où le trône serait leur.

Alors c’est vers la Guilde des Assassins que la fortune de l’homme bardé de cicatrices le porte. Ici, dans les bas-fonds de la cité, sa réputation n’a pas encore fait écho, et il est prêt à se salir les mains pour faire ruisseler l’or à ses pieds. Mettre sa lame au service de la Guilde sera pour lui un moyen de gravir les échelons permettant aux hommes de cran d’être craints et respectés… ou assassinés.

L’aventurier survivra-t-il aux jeux qui sont à l’œuvre dans les égouts de la ville ?
Parviendra-t-il à se tailler une réputation digne de sa hardiesse ?

Merci à l’auteur de m’avoir accordé sa confiance

Nous revoilà, dans l’univers de Jean Marc Doffper ! Un nouveau récit dont je suis heureux de retomber dans la plume de l’auteur. Il a une plume fluide et immersive. La narration est complexe et subtile ce qui nous fait entrer directement dans les enjeux de ce récit. Traîtrises, complots et convoitises sont à tous les tournants.

Complètement différent de Orglin, la primitive, on entre cette fois dans les intrigues entre guildes, classes sociales etc… Des jeux de société bien souvent mortels. La violence du récit n’a d’égale que la finesse de l’auteur qui arrive à nous transporter dans ce bain sans nous en dégoûter ! Fini la douceur de la forêt du premier tome, on se percute à l’odeur nauséabonde de la ville.

Etolien est un personnage charismatique et tranchant. Il n’hésite pas à se salir les mains contre de l’or. Mercenaire indépendant, il n’a pas de loyauté précise. Du moins, c’est ce que j’en ressens avec le peu que je puisse analyser chez lui. Comme pour Orglin, j’aurai aimé un approfondissement du personnage pour apprendre à mieux le connaître.

Dans tous les cas, l’action, fortement présente, est servie par des descriptions pertinentes qui l’ont rendu vivantes. L’atmosphère est bien rendue qu’on peut la sentir durant la lecture. Plus, je rentre dans l’univers de l’auteur et plus j’en découvre les facettes. Mais aussi, je commence à avoir une faim insatiable envers ce dernier.

TITRE : Le cycle de Barcil, Etolien, le manchot
AUTEUR :  Jean-Marc Dopffer
SITE : 
Le cycle de Barcil
ÉDITEUR :
Autoédité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star