Revendre ses cadeaux, une question de bonheur ?

On remarque depuis quelques années une forte augmentation du marché de la seconde main. Mais une explosion se produit depuis l’arrivée du coronavirus sur le territoire français. Alors que les Français deviennent de plus en plus conscients de l’environnement, le réemploi devient la tendance. De plus, cette manie du vintage et de la récup’ sont à la mode et comportent de nombreux avantages.
Par Gwendoline STUMPH OUTHEY

Article original sur lesmusesdeparis.fr

S’inscrire dans cette mode

Ce marché de la seconde main possède le nom de “Slow Fashion” dans la mode, il s’oppose à la “Fast Fashion » qui se déroulait ces dernières années dans la société de consommation. Ce modèle ultra-rapide de produits – surtout de basses qualités – crée des impacts environnementaux et humains désastreux. Ayant de plus en plus conscience de ce fait, les Français ont une volonté de ralentir le rythme avec d’autres alternatives dont la “Slow fashion”
Cependant, cela ne concerne pas que la mode ; nous pouvons constater une hausse de la revente de divers objets. Le marché du livre en est le parfait exemple. Tout au long de l’année les livres trouvent d’autres propriétaires grâce à plusieurs actions comme les magasins d’occasion, les sites et applications de revente en ligne (Vinted) ou encore les boîtes à livre. C’est une action collective qui permet à la culture de circuler.

Certaines périodes propices à la revente

En d’autres occasions, on observe une augmentation des offres dans les magasins de seconde main ou sur les sites de revente. La première période qui favorise le marché de la seconde main reste quand les beaux jours reviennent. Souvent, les Français s’emploient à un grand nettoyage de printemps. A ce moment-là, la revente d’objets devenus “inutiles” – pour les premiers propriétaires – augmente. Que ce soit des objets inutilisés ou non-souhaités ; ils finissent tous sur internet ou dans les magasins spécialisés. Pour quelques cas, sur les étals d’un marché aux puces.
La deuxième occasion : il s’agit de noël. Tout le monde est à l’affût des cadeaux sous le sapin. Les cadeaux qui nous plaisent le moins sont souvent revendus. Alors qu’avant on éprouvait une certaine culpabilité à l’idée de revendre un cadeau et qu’on attendait un autre moment pour le faire ; aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Avec notre tendance actuelle du numérique, on note que ce noël 2020 est l’apogée de la revente des cadeaux en ligne. En effet, il n’a pas fallu un ou deux jours d’attente pour voir arriver les premières annonces. Cette année, c’est dès le 25 décembre que l’on constate cette mode.

untitled image

Culpabilité ou non culpabilité ?

Au fil des années qui passent, le mode de consommation et le pouvoir d’achat prennent le pas sur nos sentiments. Mais est-ce mal pour autant ? Aujourd’hui, de nombreux Français n’hésitent plus à revendre leurs cadeaux. Les motifs de revente sont principalement “le cadeau reçu en double” et “le cadeau moche”. Mais dans le fond, ce sont surtout des questions de bénéfice. Certains revendent afin de pouvoir s’acheter l’objet de leur rêve. C’est un phénomène avec le temps qui paraît normal.
Aujourd’hui, malgré ce phénomène, beaucoup de Français s’admettent vexés ou en colère d’apprendre qu’un cadeau qu’ils ont offert a été revendus. Mais peut-on vraiment leur en vouloir de revendre les cadeaux ?

Une forme de bonheur

Après tout, ce qu’on recherche au fond est une forme de bonheur, non ? Lorsqu’on accepte de donner, cela ne nous appartient plus. C’est au receveur de faire ce qu’il en veut. Revendre ne perd pas l’intention du donneur envers le receveur.
Réfléchissons d’une autre manière, disons-nous que la revente de ses cadeaux plairont forcément à quelqu’un et le combleront ; sans compter l’argent que recevra le revendeur. Ces cadeaux feront deux heureux. Le premier qui recevra de l’argent pour s’acheter ce qu’il veut et le deuxième qui obtiendra ce qu’il voulait.
Ainsi, nous contribuons sans le savoir aux bonheurs des autres. Complaisons-nous dans ce fait et gardons en tête qu’au moins, notre cadeau n’a pas fini à la poubelle !

Quelques sites :
Tout :Ebay/Rakuten
Livres : Momox
Vestiaire : Vestiaire Collectif/Vinted
Cartes cadeaux : Place des cartes
Electroniques : Back Market

3 replies to “Revendre ses cadeaux, une question de bonheur ?

  1. Prenant beaucoup de temps à choisir les cadeaux que je fais, j’aimerais autant que la personne m’explique que le cadeau ne lui plaît pas (et éventuellement la raison pour que je ne refasse pas le même impair) plutôt qu’elle se contente de le revendre sans rien dire…Je pense que c’est le manque d’honnêteté qui me dérange dans la revente plus que le geste en lui-même.
    Mais je suis d’accord avec le fait qu’à partir du moment où on offre quelque chose, il faut accepter le fait qu’on n’a plus de prise sur ce qu’il adviendra du cadeau et que ce qui compte, au final, c’est bien le geste d’offrir.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Light And Smell Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star